Croustillant de Livarot

Hello Hello,

Aujourd’hui je vous propose une petite escapade dans le bocage Normand, ma région natale 🙂

Si vous êtes aussi gourmand que moi, c’est un vrai paradis : crème fraîche crue, beurre de baratte, cidre maison, Calvados… mais aussi de délicieux fromages. Quatre fromages sont vraiment typiques et bénéficient d’une AOP : Le Neufchâtel (reconnaissable facilement grâce à sa forme de cœur ), Le Pont-l’évêque, le célébrissime Camembert et bien sûr le Livarot, mon préféré !

A chaque passage en Normandie j’en profite donc pour faire le plein de bons produits et cuisiner à foison. Vous pourrez me dire que ce n’est pas vraiment un plat d’été… mais souvenez vous que cela a été préparé sur place par 16° et une bruine continue. Donc totalement justifié 😉

Go go go, au boulot !

Pour deux personnes (soit 6 croustillants et deux belles parts de salade) :

  • Un livarot
  • 6 feuilles de brick
  • Un sachet de roquette (ou de la roquette fraîche of course ^^)
  • Une poignée de noisette
  • Une pomme  (il me semble que c’était braeburn pour cette recette, mais une golden ou Jonagold ou autre ferait tout aussi bien l’affaire)

Pour la vinaigrette –> Huile de noix, cidre et moutarde douce

Préchauffer le four à 150°. Déployer les feuilles de brick (les humidifier légèrement si elles sont un peu sèches). Couper le livarot en morceaux, de la taille d’un pouce environ. Une fois que vos éléments sont prêts à être assembler, c’est l’étape délicate du pliage !

Vous pouvez choisir de plier en triangle comme un samosa, mais aussi en rouleau ou en carré (comme moi ici). Pour la technique bien expliquée, c’est par ici, sur le blog très sympa Marciatack.

Une fois que vos bouchées sont pliées, il ne reste plus qu’à les rendre croustillantes. Pour cela enfourner sur une plaque recouverte de papier sulfurisé pour une quinzaine de minutes. Attention à bien surveiller, il faut que les bouchées soient un peu dorées mais que le fromage ne coule pas encore trop. Quand ça commence à couler, arrêter la cuisson.

Profitez de la cuisson pour préparer la salade. Peler la pomme puis la couper en tranche très fine à l’aide d’une mandoline de façon à réaliser un carpaccio de pomme crue. Si vous n’avez pas de mandoline, essayer juste de couper le plus fin possible. Disposer les lamelles de pommes dans les deux assiettes. Si il  reste un peu de pomme, détailler en fine brunoise puis mélanger avec la roquette et disposer sur l’assiette. Concasser quelques noisettes (pas trop finement, de façon à ce qu’on ait quand même de bon morceaux) et les ajouter sur le dessus.

Préparer la vinaigrette en mélangeant 3 cuillères à soupe d’huile de noix, une cuillère à soupe de vinaigre de cidre et une petite cuillère rase de moutarde douce.

Sortir les croustillants de Livarot et disposer sur les assiettes avec la salade. Assaisonner la salade avec la vinaigrette et déguster bien chaud.

 

Butternut rôtie

Hello hello,

Bon on est parti sur le thème de la courge depuis la semaine dernière, alors allons y à fond. Ouai ouai, on fait pas les choses à moitié par chez nous !

Aujourd’hui je vous propose une recette de gros feignant, « easy peasy lemon squeezy »  (ndlr : spéciale dédi à Gaby <3 ) comme on dit au UK. Le seul truc c’est de bien maitriser son four et temps de cuisson, mais bon, pour ça je vous fais confiance 😉

butternut rôtie

Il vous faut :

  • Une belle butternut
  • 3 à 4 cuil. à soupe d’huile d’olive
  • 4 cuill. à soupe de parmesan (ou grana padano)
  • 2 œufs

Préchauffer le four thermostat 6. Couper en deux la butternut, la déposer sur la plaque du four préalablement recouverte de papier cuisson et arroser de l’huile d’olive. Mettre à dorer 45 minutes au four.

Quand la courge est tendre (vérifier en piquant une fourchette dans la chair), casser un œuf et le déposer dans le creux. Même opération pour l’autre moitié de butternut et le deuxième œuf. Saupoudrer de parmesan et remettre au four 10 minutes de plus.

A déguster bien chaud ! Miam ! Easy peasy comme je vous l’avez dit !

easy-peasy-4

Velouté de butternut {coriandre & sésame}

Hello les loulous,

Il y a quelques jours, j’ai pu aller faire un tour au marché St Aubin, à côté de chez nous. Ca m’a fait du bien de sortir, de profiter des étals, des senteurs, du bruit… Il y a un moment que je n’y étais pas retourné et j’avoue que cela m’avait beaucoup manqué.

En même temps j’ai ressenti aussi un peu de nostalgie… Avant, j’avais l’habitude d’appeler ma grand-mère adorée sur le chemin pour lui parler de mes projets de recettes pour le midi, de ce qu’on avait fait la veille au soir, et de toutes les choses qui me passaient par la tête… Mais maintenant qu’elle n’est plus là pour papoter, je me sens un peu perdue, ou seule, je ne sais pas trop en fait.

Elle aimait bien le blog, et lisait toutes mes recettes avec attention. Elle me disait toujours que j’étais une « bonne petite cuisinière » et que j’avais parfois des idées farfelues pour mes recettes (« du poivre dans un gâteau au chocolat ???!!! ») . J’étais son « aventurière de la cuisine » en somme 😉

Ce premier marché sans elle avait un petit goût aigre-doux. A la fois heureuse de retrouver les étals mais il me manquait sa voix, son écoute, sa présence.

Je n’ai acheté que des produits bien réconfortants… Rien de correctement diététique ni de bien pour la ligne : du pain au levain, une belle courge butternut, de la coriandre pour rajouter du goût et plein de fromages savoureux….Le vrai panier « comfort food » !

Avec ma super-courge (ouai c’est comme une courge normale mais avec une cape… ahahah j’ai pas perdu mon humour pourri ^^ ) j’ai eu envie de me faire un petit velouté tout ce qu’il y a de plus doux. Je vous laisse découvrir ça.

velouté butternut

Pour 2 bols il vous faut :

  • 1/2 courge butternut
  • une échalote
  • 1/2 botte de coriandre
  • 25 gr de beurre
  • 1 cuil. à soupe de graines de sésame
  • sel
  • eau (au moins 50 cl)

Éplucher et épépiner la courge. La couper en morceaux d’environ 2 cm (c’est approximatif hein, pas besoin de sortir le double décimètre du cartable non plus 😉 ). Éplucher et détailler l’échalote en fines lamelles.

Dans une casserole, faire fondre le beurre, ajouter l’échalote, quelques brins de coriandre et les morceaux de butternut. Laisser dorer quelques minutes puis verser l’eau dans la casserole de façon à ce que les morceaux soient entièrement recouverts. Faire mijoter à feu moyen au moins 45 minutes tout en rajoutant régulièrement de l’eau. Lorsque les morceaux sont bien tendres, sortir la casserole du feu et mixer avec un mixeur plongeant.

Servir en ajoutant le reste des brins de coriandre et le sésame.

Sauté de soja caramélisé {vegan}

Hello hello les zamis !

Aujourd’hui je vous propose une petite recette trop bonne et rapide avec un ingrédient que j’ai découvert récemment : les protéines de soja en morceaux. Ouep, je sais, dit comme ça, ça donne pas très envie, mais je t’assure que bien préparé c’est super-miam. Promis !

Premièrement : où trouver des protéines de soja ? De mon côté je les trouve au Biocoop à deux pas de chez moi, en vente au poids. Niveau prix c’est vraiment sympa : environ 8 euros le kilo (et déjà quand tu en manges 50gr par personne t’es rassasié), c’est pas cher et c’est bon je te dis 😉

Envie de tenter l’expérience ? Suis moi !

protéine de soja caramélisé

Pour 2 personnes il te faut :

  • 100gr de protéines de soja en morceaux (moyen ou gros)
  • 6 cuillères à soupe de sauce soja sucrée
  • 3 cuillères à soupe de vinaigre de riz
  • 1 gousse d’ail
  • 10 cl d’eau

Pour commencer, mélanger la sauce soja, le vinaigre et l’eau dans un récipient. Ajouter la gousse d’ail que vous aurez préalablement écrasée puis coupée en deux. Verser les flocons de soja dans ce mélange et laisser mariner 1 heure.

Une fois le soja réhydraté et bien imbibé de marinade, faire revenir le tout (soja + marinade) dans une poêle bien chaude. Faire cuire jusqu’à caramélisation du soja.

Servir chaud immédiatement, parsemé d’une poignée de graines de sésame. En accompagnement, essayez du riz blanc tout simple ou une salade de jeunes pousses.

Bonne dégustation !